Catégories du Blog

Catégories du Blog

Protégeons la tête de nos enfants !

Posté par: Nemi Nemo Dans: Les enfants et les jouets Le: Commentaires: 0 Succès: 67

Les conséquences des traumatismes crâniens peuvent être à très long terme ("Jouer pour être ")

Les résultats de plusieurs études concordent !

Dés les années 2000, les études du Dr Plassman associent un risque accru de maladie d' Alzheimer avec des traumatismes crâniens survenus à l'age adulte . (études sur des vétérans de la deuxième guerre mondiale)

Janvier 2002, une étude sur les souris démontre la relation entre les traumatismes répétés à la tête et l'accélération du développement de la maladie d'Alzheimer.

En 2008, une étude chez d'anciens footballeurs américains confortent l’hypothèse que des traumatismes crâniens répétés peuvent entraîner une expression plus précoce des maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer.

chocs-répétés

Une large étude confirme le risque accru de Maladie d'Alzheimer :

Le risque de démence augmente avec le nombre et la sévérité des traumatismes crâniens d’après une étude sur une cohorte danoise (Lancet Psychiatric).

Le risque de démence augmente avec le nombre de traumatismes crâniens (TC) de 22% avec un seul TC, jusqu'à 183 %avec 5 TC ou plus. L'étude révèle aussi  que le risque est proportionnel à la gravité du TC.

Et surtout plus un individu subit un TC tôt dans sa vie, plus le risque de démence s’élève .

Ainsi des programmes de prévention des traumatismes crâniens chez l'enfant permettraient de réduire la prévalence future de la maladie d'Alzheimer.

 Jouer-pour-etre

Prenons soins de nos enfants, quelques conseils:

Après le choc :

Avec ou sans perte de connaissance, l'enfant doit s’arrêter et ne pas retourner à son activité comme si de rien n'était. 

Pendant 48 heures repos absolu : pas d’exercice, de dispute, de jeu vidéos, d'école.

Pas de paracétamol qui risque de donner des céphalées .

En cas de vomissement, somnolence, convulsions...l'hôpital en urgence.

Les enfants récupèrent moins vite que les adulte d'une commotion, maux de tête, insomnies, perte de mémoire peuvent durer quelques jours à quelques semaines.

Un deuxième choc trop rapproché doit être absolument évité.

En prévention :

Pour les bébés :

40% des traumatismes crâniens de l'enfant de moins d'un an sont dus au youpala, ils sont donc à proscrire (au Canada, ils sont interdits) , préférez le marcheur .

Sécurisez les escaliers, les fenêtres de la maison, la table à  langer est à surveiller si bébé est dessus ; (essayez d’être et de vivre  avec bébé le plus prés du sol).

Plus grand :

Évitez les sports violents pour votre enfant :

La boxe, les sports de combat avec contact, le rugby... sont à ne pas pratiquer ou le plus tard possible.

Au football, ne pas jouer avec la tête !

Assister aux séances d'entrainement pour contrôler l’entraîneur et aussi les autres enfants qui peuvent être violents.

Assurez vous que votre enfant à bien intégrer les règles d'évitement et de protection.

Le casque :

Le casque est indispensable pour les jeunes cyclistes, skateurs....

Quelques règles dans le choix du casque

  • il doit être conforme aux normes CE.
  • il doit protégé les tempes aussi.
  • il doit bien tenir et maintenu par une jugulaire
  • il ne doit pas empêcher d'entendre et de voir

Mais attention un casque protège plus des hématomes que des commotions cérébrales, il réduit  la force du choc.

casque-pour-enfant               

En conclusion : 

Plus le traumatisme crânien est précoce, plus il est répété, plus le risque de démence future est élevé. 

Il n'y aurait pas de commotion ou traumatisme crânien anodin ou bénin.

Tout choc cérébral surtout chez l'enfant peut avoir des conséquences à très long terme.

C'est à nous, parents, de préserver notre enfant des comportements à risque, des activités inadaptées à l'age  ou de pratique de sports dangereux.

Et n'oublions pas  "la vie est belle !"jouer-pour être

Commentaires

Laissez votre commentaire